Géologie

  • Gomerfontaine - Point 1

    La Troësne, jadis appelée l’Intine, prend sa source au Petit Alleré, près de Neuville-Bosc, à environ 100m d’altitude et à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Gomerfontaine ;
    - Elle coule vers l’Ouest en direction de Gisors où elle se jette dans l’Epte ;
    - De nombreux moulins (28), équipèrent son réseau dont celui de Gomerfontaine ;
    - A l’origine sa vallée était large, très marécageuse, localement tourbeuse ; la malaria y sévit longtemps ; le canal de Marquemont creusé entre Marquemont et Chaumont-en-Vexin et réalisé en 1784, draina et assainit les marais, donnant à la vallée son aspect pastoral actuel.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 2

    Regard sur le paysage;
    - La vallée de la Troësne est dissymétrique : pente douce au Nord, pente très marquée au sud, formant la « Cuesta d’Île de France », pourquoi ?
    - Ce dispositif est contrôlé par la Géologie ; deux facteurs interviennent :
    - La pente légère des couches géologiques vers le Sud-Ouest ;
    - Leur nature crayeuse, sableuse, argileuse ou calcaire offrant plus ou moins  de résistance à l’érosion ; notamment, des calcaires, plus durs, coiffent le sommet de la cuesta, protégeant les terrains plus tendres sous-jacents.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 3

    - La tranchée des voies SNCF est creusée dans les sables du Thanétien, reposant sur les argiles du Sparnacien, niveaux relativement instables ;
    - Cette configuration géologique peu favorable a nécessité des prouesses techniques considérables (certains tronçons sont ancrés sur pilotis) et engendré de nombreux incidents, notamment d’importants glissements de terrain, au niveau de Chaumont-en-Vexin ;
    - Aujourd’hui, les talus semblent bien stabilisés, malgré leur pente encore forte (2) .

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 4

    - Peu après le pont SNCF, sur la gauche du chemin, sont visibles dans les sables cuisiens, des blocs éboulés (1) de calcaire lutétien provenant du haut du plateau. Ils témoignent de l’érosion active de ce dernier ;
    - Ce sont sans doute des blocs analogues, glissés à mi pente de la cuesta, qui furent utilisés par les hommes du Néolithique pour bâtir leurs allées couvertes et dresser leurs menhirs comme le suggérait déjà  P-J.Chedeville en 1907.


    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 5

    Quelques dizaines de mètres plus haut, sur la gauche, un bel arrachement (1), présente des calcaires sableux très fossilifères(2) du Lutétien inférieur. Ce site, connu de longue date, a été visité par de nombreux groupes de visiteurs, géologues, amateurs ou professionnels, étudiants,… dont Raymond PILLON (3).


    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 6

    - Arrivé au sommet de la côte, le chemin devient plat, horizontal, autour de la cote 140m ; il circule dans le bois de Garenne, implanté sur le plateau de Chambors (du nom du village présent plus au Sud) ;
    - Après quelques centaines de mètres, de part et d’autre du chemin sont présentes des excavations (1) réinvesties par la végétation.


    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle