Chemins

  • Gomerfontaine - Point 1 à 2

    Ce segment va de la route départementale 923 jusqu’au cours de la Troësne, il comporte trois environnements spécifiques : une haie vive, une flore saxicole, qui vit sur les murs, et une flore de zone humide.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine Point 3 à 4

    Ce tronçon mène du pont de la ligne de chemin de fer jusqu’au rebord du plateau de Chambord, à la cote 140m. La montée est plus raide, le chemin plus encaissé, en cavée dans des terrains calcaires durs, partiellement en éboulis (partie basse).

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 1

    La Troësne, jadis appelée l’Intine, prend sa source au Petit Alleré, près de Neuville-Bosc, à environ 100m d’altitude et à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Gomerfontaine ;
    - Elle coule vers l’Ouest en direction de Gisors où elle se jette dans l’Epte ;
    - De nombreux moulins, équipèrent son réseau dont celui de Gomerfontaine ;
    - A l’origine sa vallée était large, très marécageuse, localement tourbeuse ; la malaria y sévit longtemps ; le canal de Marquemont creusé entre Marquemont et Chaumont-en-Vexin et réalisé en 1784, draina et assainit les marais, donnant à la vallée son aspect pastoral actuel.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 1

    L’abbaye de Gomerfontaine est située à mi-chemin entre Trie-Château et Chaumont-en-Vexin, au Sud de la RD 923, sur une petite route.
    A l’horizon s'étendent les coteaux boisés de la Cuesta d’Île-de-France dominant des terres cultivées et des prairies.
    Un vieux mur en pierre longe le chemin qui mène à une ferme.
    Une rivière tumultueuse : la Troësne  entraînait la roue d'un ancien moulin préservé des aléas du temps.
    Là, autrefois, s’élevait une abbaye dont l'emplacement reste inscrit sur un ancien cadastre

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Croix

    Une croix insolite à bien des égards.

  • copy of Le calvaire

    Un calvaire à la croisée de la route du Fayel, au lieu-dit "La Croisette".

  • copy of Gomerfontaine -...

    Ce segment va de la route départementale 923 jusqu’au cours de la Troësne, il comporte trois environnements spécifiques : une haie vive, une flore saxicole, qui vit sur les murs, et une flore de zone humide.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 2 à 3

    Ce segment aborde la montée de la Cuesta d’Île-de-France, entre les cotes 64 et 95m, jusqu’au pont de la ligne de chemin de fer. A droite en montant (Ouest), une haie, bordant un vaste espace cultivé, longe le chemin, à gauche un beau sous-bois offre une flore printanière classique, mais diversifiée.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 4 à 5

    Le bord du plateau est atteint et le chemin progresse maintenant à l’horizontal autour d’une cote 140m, dans un environnement reboisé identique à celui qui vient d’être quitté : le bois de la Garenne de Bertichères. Le substrat du plateau est formé de calcaires très durs qui vont être à l’origine d’une flore singulière. La rive est du chemin ouvre rapidement sur le golfe de Bertichères. Seule la rive ouest est intéressante du point de vue botanique.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 2

    Regard sur le paysage;
    - La vallée de la Troësne est dissymétrique : pente douce au Nord, pente très marquée au sud, formant la « Cuesta d’Île de France », pourquoi ?
    - Ce dispositif est contrôlé par la Géologie ; deux facteurs interviennent :
    - La pente légère des couches géologiques vers le Sud-Ouest ;
    - Leur nature crayeuse, sableuse, argileuse ou calcaire offrant plus ou moins  de résistance à l’érosion ; notamment, des calcaires, plus durs, coiffent le sommet de la cuesta, protégeant les terrains plus tendres sous-jacents.

    Lien vers la carte de Gomerfontaine-Compostelle

  • Gomerfontaine - Point 2

    Sous ce pont, en 1868, un des premiers trains de voyageurs dits "de plaisir" reliant Paris à la mer lors de la vogue des stations balnéaires au Second Empire passa en sifflant et crachant sa fumée.